Le salon est ouvert ! Tickets : 10€ – Gratuit pour les moins de 12 ans — Garderie disponible !

« Aérer les locaux aussi souvent que possible; ouvrir les fenêtres et les portes avant les cours, aux intercours, durant les pauses, et après les cours ».

Ce message a été répété jusqu’à l’épuisement pendant l’année 2021 à la suite de la crise COVID…

 

La crise COVID n’a d’ailleurs fait qu’accélèrer la démarche de ventiler les centres éducatifs, déjà entamée avec les objectifs de neutralité Carbonne fixée par le Green Deal pour 2050.

La qualité de l’air, un enjeu multiple

Nous passons 80 à 90 % de notre temps entre quatre murs. Selon des études scientifiques, l’air intérieur est jusqu’à cinq fois plus pollué que l’air extérieur. Ce phénomène est encore aggravé par l’étanchéité des bâtiments actuels par souci d’isolation thermique, ce qui empêche le renouvellement de l’air.

Une mauvaise qualité de l’air intérieur peut provoquer différents symptômes comme des nausées, des maux de tête, des irritations nasales, des difficultés respiratoires,  des allergies pouvant engendrer des troubles cognitifs et des baisses de performances intellectuelles rendant les apprentissages plus difficiles. 

« Aérer les locaux aussi souvent que possible ; ouvrir les fenêtres et les portes avant les cours (10 à 15 minutes), aux intercours, durant les pauses (5 minutes minimum), et après les cours (10-15 minutes) ». Ce message a été répété jusqu’à l’épuisement pendant l’année 2021 à la suite de la crise COVID ;

Et les consignes,  » Installer des capteurs de CO2″

Les réactions n’ont pour autant pas toujours été positives… L’hiver, les enfants ont froid. L’été, ils ont chaud et les enseignants ont du mal à travailler avec le bipbip constant du capteur CO2 sans parler de la facture en chauffage qui grimpe… Quant à installer un système de ventilation, cela fait peur. Et pourtant…

Ventiler, c’est améliorer notre confort et notre santé.

Allez vous promener 10 minutes dans une grande ville avec une circulation intense, la pollution de l’air extérieur, tout le monde connaît. Pourtant, nous passons entre 80 et 90% de notre temps à l’intérieur, que ce soit à la maison, à l’école, dans notre lieu de travail ou dans les moyens de transport.

La transpiration humaine, les matériaux de construction, les meubles,… sont à l’origine des polluants intérieurs.  La ventilation est indispensable pour un air intérieur sain. Elle élimine l’excès d’humidité et autres pollutions intérieures.

Quels sont les bénéfices d’une bonne ventilation pour les enfants et les enseignants ?

L’école est un lieu de vie et d’apprentissage essentiel au bon développement des enfants. Les enseignants et les élèves passent, de fait, beaucoup de temps à l’intérieur. Une qualité d’air intérieur insuffisante peut entraîner de la somnolence, des problèmes de concentration, des larmoiements, de toux, d’éternuements, des maux de tête, de la fatigue, des allergies et bien d’autres problèmes.

La qualité de l’air intérieur, thermique et acoustique a des effets avérés sur la santé et sur les performances des élèves et des enseignants, c’est aussi un levier pour réduire l’absentéisme.

Ventilation for You

La solution Ventilation for You (V4U) présentée au Salon propose une solution all-in-one : système de ventilation, maintenance, optimisation énergétique et financement.

À découvrir au Salon et d’ici là sur www.ventilation4u.com. *Ventilation for you est un service proposé par Detandt-Simon, spécialiste en systèmes de ventilation depuis plus de 35 ans.