Pas de Covid Safe Ticket samedi Plus d'informations

Le harcèlement scolaire est bien plus qu’une simple problématique, c’est aussi un champ d’étude. On vous en dit un peu plus ….

C’est à la fin des années 70 que le harcèlement scolaire est théorisé pour la première fois par le psychologue suédo-norvégien Dan Olweus.

En 1994, il communique au travers d’un article dans le célèbre « Journal of Child Psychology and Psychiatry » une définition selon laquelle un jeune victime de harcèlement est exposé, de manière répétée et sur du long terme, aux actions négatives d’un ou plusieurs autre(s) jeune(s). Il décrit ces actions négatives comme pouvant être des contacts physiques, des mots obscènes, de l’exclusion, etc.

Depuis, de nombreux autres chercheurs et experts ont travaillé sur la problématique du harcèlement scolaire. Parmi eux, nous pouvons citer Peter Smith, Bruno Humbeeck, Emmanuelle Piquet, Jean-Pierre Bellon ou encore Bertrand Gardette. De nouveaux termes font alors leur apparition et des caractéristiques sont associées au harcèlement. Ces dernières sont la répétition du comportement, l’intention de nuire du harceleur, un rapport de force disproportionné où l’auteur prend le pouvoir sur la victime et un sentiment d’impuissance chez la victime.

Comment se manifeste le harcèlement scolaire ?

Il est possible de distinguer des formes et modes de harcèlement :

Tout d’abord, les formes directe et indirecte. La forme directe comprend les agressions physiques et verbales. La forme indirecte concerne davantage les faits d’exclusion et de propagation de rumeurs/de mensonges. Il inclue davantage de comportements implicites et nécessite d’autant plus d’attention afin d’être décelé.

Ensuite, il existe diverses catégories de comportements, appelés modes de harcèlement. Le spécialiste et psychopédagogue Bruno Humbeeck utilise les termes « bullying », « mobbing », « intimidation » et « racket ». Le bullying consiste en une série de petites attaques désobligeantes visant à irriter la victime. Le mobbing est une tendance à agresser et à mettre à l’écart le membre d’un groupe. L’intimidation est une attitude visant à causer la peur de subir un dommage. Il s’agit d’un asservissement physique et psychologique. Enfin, le racket, est une acquisition par la force obtenue en échange d’une prétendue protection.

Quels sont les acteurs du harcèlement scolaire ?

Il existe trois protagonistes dans le phénomène du harcèlement qui sont le harceleur, le témoin et la victime.

Le harceleur est celui qui soumet la victime et qui prend le pouvoir sur elle. Bien qu’il n’existe pas de profil type, il accorde généralement peu d’importance à la notion d’empathie, il a du charisme, parvient à faire en sorte que ses agissements ne soient pas détectés par les adultes et peut être capable de repérer les points faibles chez ses camarades. Pour autant, gardons à l’esprit qu’il s’agit d’un comportement et que le fait d’agir de manière inappropriée une fois ne signifie pas que l’on va recommencer.

Le témoin est celui qui rend légitime la situation par son silence. Bien qu’il puisse être profondément mal à l’aise face à une situation de harcèlement, le témoin reste souvent passif et ce pour diverses raisons (peur des représailles, indifférences, crainte d’être soi-même victime, etc.).

La victime, quant à elle, subit les agissements de l’auteur et le manque de réaction du témoin. Comme pour le harceleur, il n’en existe pas de profil type. Néanmoins, on peut régulièrement observer chez la victime un caractère soumis, une faible estime de soi, un sentiment de honte et une propension à la solitude. Il est en revanche difficile de déterminer si des traits de caractère tels qu’une faible estime de soi, un sentiment de honte, etc. favorisent le harcèlement ou s’ils en résultent. Il est également important de prendre conscience qu’un élève sur trois est victime de harcèlement scolaire en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Le harcèlement se limite-t-il aux murs de l’école ?

Ce serait une erreur de penser que le harcèlement scolaire s’évapore à l’instant où la sonnerie de fin des cours retenti. Depuis plusieurs années, le cyberharcèlement mène la vie dure aux professionnels de l’éducation qui tente d’agir contre ce phénomène. Son avènement est apparu avec l’essor des nouvelles technologies de communication.

L’ensemble de ces outils, du smartphone au dernier réseau social en vogue, peuvent être détournés de leur fonction première et utilisés à des fins de cyberharcèlement.
Il est intéressant de noter que si ce phénomène est très proche du harcèlement dit classique, il se distingue non seulement par le recours aux technologies, mais également par l’apparition de nouvelles caractéristiques. En effet, les réseaux sociaux permettent au harceleur de se cacher derrière l’anonymat, ce qui décuple l’anxiété de la victime.

Aussi, cette distanciation au travers des écrans, cause une perte d’empathie car le manque de communication non-verbale (gestes, intonations) ne permet pas des échanges tenant compte des émotions des autres. Il est également difficile pour une victime de cyberharcèlement de trouver du répit. En étant sans cesse entourée par la technologie, elle devient vulnérable 24h/24 et 7j/7. La notion de répétitivité est modifiée tant le nombre de témoins sur les réseaux est exponentiel. Il s’agit d’une répétition effectuée par les témoins eux-mêmes et non plus spécialement par l’auteur.

En termes de chiffres, l’Observatoire des droits de l’Internet (2013) a établi que 34,3% des jeunes âgés de 12 à 18 ans ont déjà été victimes de cyberharcèlement et 21,2% en ont été auteurs. Mais aussi, plus de trois jeunes sur quatre disent avoir déjà été face à ce phénomène sans être personnellement impliqués. Nous constatons l’existence des trois positions déjà explicitées, à savoir ; la victime, l’auteur et le témoin.

Il est également important de noter que le harcèlement dit classique et le cyberharcèlement tendent à être de plus en plus liés. En effet, un conflit débuté sur les bancs de l’école peut continuer sur les réseaux sociaux et vice-versa. Avec des générations de plus en plus connectées, il devient impossible de ne pas considérer les réseaux comme une extension de la vie sociale que nous connaissions jusqu’alors.

Quel est le rôle de l’établissement scolaire ?

Du côté du secteur éducatif, plusieurs textes visent à baliser la manière dont les professionnels de l’éducation doivent intervenir :

– Circulaire 5415 du 17/9/2015 : Nouveaux dispositifs mis à disposition des établissements scolaires qui le souhaitent en matière de prévention et de prise en charge du harcèlement en milieu scolaire ;
– Circulaire n°4961 du 26/08/2014 : Service de médiation scolaire et Service des équipes mobiles ;
– Décret relatif à la lutte contre certaines formes de discriminations du 12/12/2008 ;
– Décret Discriminations Positives du 30/06/1998 ;
– Décret « Missions » du 24/07/1997 ;
– Arrêté du Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles – obligation scolaire, inscription des élèves, fréquentation scolaire, sanctions disciplinaires, assistance en justice et/ou assistance psychologique d’urgence dans l’enseignement fondamental ordinaire.

Bien qu’ils ne constituent pas des outils concrets, ils ont le méritent de fournir des pistes institutionnelles utiles. À titre d’exemple, en 2020, la Communauté française a été condamnée à la suite d’une situation de harcèlement qui n’avait pas été correctement prise en charge. Or, le respect de ces différentes règlementations aurait certainement pu avoir un impact sur cette situation précise. Il est donc crucial pour les établissements d’en connaître les tenants et aboutissants, mais également de tendre vers des prises en charge concrètes.

 

Envie d’en savoir plus ? Découvrez notre thématique dédiée au harcèlement.