L’exposition « Etymologie en trois dimensions » visible pendant les cinq jours du Salon Education 2018

La genèse de l’exposition : un projet pédagogique

Cette exposition a pour objet d’illustrer l’étymologie souvent étonnante des mots de la langue française. 35 mots ont été choisis dans des domaines très variés, allant notamment de la botanique, en passant par la zoologie, la géographie ou encore la musique. Chacun de ces mots est alors représenté de deux manière : d’une part par un objet faisant référence au sens originel du mot, puis d’autre part par un autre objet, lié au sens actuel du mot. Des fiches explicatives décrivent la liaison entre ces deux sens. Les mots sont regroupés en fonction de leur origine, principalement de leur langue.

Ce projet a été soutenu par l’Athénée Fernand Blum et le Lycée Emile Max, et a reçu le soutien et les encouragements de Madame Jacqueline de Romilly, docteur ès lettres et professeur de langue et de littérature grecques à la Sorbonne et au Collège de France, élue à l’Académie Française en 1988.

L’intérêt pédagogique est multiple :

  • souligner l’intérêt de l’étymologie et la maîtrise du langage,
  • rendre cette exposition ludique et accessible à tous,
  • impliquer des élève des différents niveaux dans la réalisation de ce exposition.

Cette exposition s’est exportée au Canada.

Contenu de l’exposition

L’exposition fait appel à différents supports présentés au sein même du Salon Education, avec :

  • une zone réservée à la définition et l’intérêt de l’étymologie,
  • une carte du monde présentant l’origine géographique des mots choisis,
  • des panneaux destinés à comparer des langues à l’écriture fixée depuis des millénaires et les autres,
  • des panneaux destinés à montrer le rôle de l’indo-européen,
  • un large espace destiné à l’exposition 3D, divisé en secteurs en fonction de l’origine sémantique des mots,
  • une zone multi-média.

Le mot du responsable du projet – Jérôme Houbart

« Nous nous exprimons dans nos cours respectifs. Nous exposons « notre savoir », nous encourageons, nous réprimandons avec notre langage fait de mots précis. Mais quelles significations ont-ils ? Quelle est leur histoire ?

Que représente le mot pour un professeur de mathématique, de morale, de biologie, … ? Souvent, le sens premier du mot a été éradiqué, voire transformé ou tout simplement oublié. « Scrupule » vient par exemple du grec « petit caillou », « orchidée » en grec signifie « testicule », etc …

Quel a été le cheminement des mots pour nous parvenir ? Un vocabulaire riche, une diction claire, le sens de la dialectique sont autant de moyens pour se faire comprendre et pour se défendre. Les examens oraux effraient : on se met « à nu » devant le professeur mais les mots justes habillent si bien ! Par ailleurs le smots peuvent devenir un remède contre la violence « La misère du verbe fait la violence du poing » (Claude Imbert).

Les mots évitent les maux ! »